Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

Sébastien Jumel Député PCF et ancien maire de Dieppe. Premier échelon de la démocratie en France, les communes sont aux avant-postes des politiques de solidarité. Mais elles sont menacées.

Les communes peuvent-elles servir d’exemple sur la façon de mener des politiques locales solidaires ? Faudrait-il davantage s’en inspirer et les écouter ?

Sébastien Jumel Il y a de l’intelligence dans les communes. Elles sont le symbole vivant d’une démocratie réelle qui se fait dans la proximité. C’est un échelon où les liens sont directs entre les élus et les citoyens, qui s’y investissent quotidiennement. Les territoires font souvent preuve d’innovation, de bon sens, et expérimentent des pratiques collectives et des solidarités nouvelles qui peuvent servir d’exemple. Ils s’emparent de nombreuses questions. Tout cela peut être mis en miettes avec les 13 milliards d’euros de coupe annoncés par Emmanuel Macron. À Dieppe (Seine-Maritime), nous avons profité de la réforme des rythmes scolaires pour proposer un accès gratuit au théâtre, aux sciences et au sport. Nous avons aussi fait de notre projet pour la petite enfance une véritable question politique. Nous allons au-delà de nos compétences pour mieux prendre en compte les questions de culture et d’éducation, avec l’apprentissage d’un instrument pour chaque élève. Nous nous occupons de nos aînés avec de l’aide à domicile, des chorales, des cours de natation et des transports gratuits. Dans les communes rurales aussi, les élus sont des bénévoles, des militants du quotidien qui se battent pour un aménagement vertueux. Notre rôle est concret, aux prises avec la réalité de nos territoires, et ne saurait se limiter à une gestion administrative et comptable déconnectée de l’humain.

La coupe de 13 milliards d’euros en cinq ans annoncée contre les collectivités risque-t-elle de tuer la démocratie locale et les actions menées au quotidien ?

Sébastien Jumel Le gouvernement est aveugle sur ce qu’a dit l’élection présidentielle. La France et les Français souffrent d’un éclatement du territoire et d’une diminution des services publics. Les investissements se concentrent sur les métropoles et le risque de fracture s’accentue. Nous souffrons aussi d’un déni de démocratie. Le gouvernement n’a pas remis en cause officiellement la clause de compétence générale, qui permet aux communes d’aller au-delà de leurs obligations. Peut-être pourrait-il le faire avant les élections sénatoriales, par exemple, pour que tout soit bien clair… Mais s’il ne la remet pas en cause en droit, il le fait en coupant les moyens, en empêchant de fait les communes de développer de véritables politiques locales. Cet assèchement va mettre les technocrates aux décisions. On a vu ce que ça a donné dans les hôpitaux, avec des déficits structurels, des fermetures de services d’urgence ou de maternités, et même des fermetures d’établissements. Il se murmure que, comme pour les hôpitaux, le gouvernement veut soumettre les communes et les collectivités à des conventions d’objectifs et de moyens. Il souhaite conditionner les dotations aux efforts d’austérité réalisés par les communes. C’est une façon d’imposer la casse des services publics et d’éloigner les citoyens de la cité, et c’est une façon de ne laisser aucune marge de manœuvre pour innover et mener des politiques de solidarité qui ont pourtant fait leurs preuves.

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :