Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Communiqué de presse :
Joachim MOYSE, Conseiller Régional de Normandie
Stéphane BARRE, Conseiller Départemental de Seine-Maritime,
Séverine BOTTE, Conseillère Départementale de Seine-Maritime,
Noël LEVILLAIN, Président du Groupe Front de Gauche de la Métropole Rouen Normandie,


Depuis plus de 40 ans, le contournement Est fait l’objet de débats dans notre territoire.

L’ancien Président du Département de l’Eure, devenu depuis Secrétaire d'État auprès du Ministre d'État, ministre de la Transition écologique et solidaire, a exprimé son désaccord avec la dernière mouture de ce projet. Ce désaccord est assorti, fort logiquement, d’un refus de dépenser plusieurs millions d’euros pour ce projet.


Les présidents de nos trois institutions, Conseil Régional de Normandie, Conseil Départemental de Seine Maritime et Métropole Rouen Normandie ont pris la décision de pallier ce refus du Département de l’Eure et de la Communauté d’agglomération Seine-Eure. Aucune des assemblées démocratiquement élues n’a été consultée pour cela. Aucun vote n’a été soumis aux représentants de la population.

Pourtant, ce sont bien nos concitoyens qui vont devoir financer ce projet, via leurs impôts.


Et la facture ne sera pas mince : 157 Millions d’Euros (+35M par rapport au projet initial) pour la Région, 22 (+7) pour le Département 76 et 66 (+6) pour la Métropole.

Sans parler des 245 Millions d’Euros de l’Etat, également issus des impôts de nos concitoyens. Dans un contexte de raréfaction de l’argent public, ces sommes pourraient être employées à financer d’autres projets.
Au-delà des impôts, cet équipement à l’utilité discutable et discutée sera également financé via un système de péage qui sera installé sur ce contournement pour tous les usagers.

Or, si les tarifs avaient été gelés en 2015 par les grands opérateurs autoroutiers, les augmentations de tarifs ont bel et bien repris. Il semble que l’allongement des durées de concessions soient également à l’ordre du jour.

Enfin, les dividendes versés aux actionnaires des sociétés d’autoroutes ont fortement augmenté depuis leur privatisation au détriment des investissements d’entretien et de rénovation.
Nous réaffirmons donc notre désaccord sur le fond de ce dossier mais également sur la forme totalement antidémocratique adoptée par nos trois présidents.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :