Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le reconfinement confirme le lamentable échec du Président et de son Gouvernement qui portent seuls la responsabilité du désastre sanitaire et économique de la France . Après des années d’abandon de l’Hôpital public, le Président Macron est acculé et annonce de nouvelles restrictions de libertés pour les Français, sans aucune garantie qu’elles auront un effet bénéfique sur la courbe de progression du COVID-19.

Depuis le 11 mai, les tests ont été réalisés en dépit du bon sens, et aucun traçage des malades n’a été sérieusement réalisé. Le port du masque n’a été rendu obligatoire que très tardivement mais son prix élevé reste un obstacle à son renouvellement et donc son efficacité.


Le reconfinement généralisé signe l’échec de la politique gouvernementaleen matière de santé publique, l’échec personnel d’Emmanuel Macron et de Jean Castex qui ont échoué à déconfiner le pays en toute sécurité. Il faut de toute urgence tourner la page de la « start-up nation » chère au Président Macron, incapable d’apporter les réponses dont le pays a besoin.

Un plan d’urgence immédiat doit être porté sur l’Hôpital. Nous sommes revenus à un niveau de lits de réanimation équivalent au mois de février, alors que le risque de deuxième vague était connu.

Comment la France peut-elle s’en sortir avec 5 000 lits de réa alors que l’Allemagne en a 20 000 ? Comment la France peut-être résister avec des soignants épuisés alors que l’Italie a embauché 5 000 médecins et 15 000 infirmières et aides-soignants depuis mars ?

Plus qu’un reconfinement, l’Hôpital a besoin de toute urgence de moyens pour renforcer les lits de réanimation. La France doit solliciter l’aide internationale pour cela, en faisant venir des médecins et des infirmières de pays qui ne sont pas touchés par le COVID-19. En outre, les acteurs privés de santé doivent être pleinement mobilisés en renfort de l’hôpital public.
La jeune génération ne doit pas être une génération sacrifiée. La scolarité des élèves, de la maternelle à l’université, doit être une priorité. Des mesures de sécurité sanitaire doivent être renforcées sans délai dans toutes les classes et ainsi garantir le déroulement de la scolarité en toute sécurité. A l’université, les étudiants contraints de suivre leurs cours à distance doivent être dotés du matériel adapté qui doit être fourni par l’Education Nationale.

D’autre part, nous exigeons que les masques soient fournis par l’Etat et distribués gratuitement et quotidiennement aux élèves.Tout doit être fait pour préserver l’économie française et ses emplois, en garantissant la sécurité des travailleurs à leur poste. Alors que le Gouvernement a profité de la crise pour distribuer de nombreux cadeaux aux grandes entreprises du CAC40, combien de secteurs sont aujourd’hui au bord du dépôt de bilan, abandonnés par l’Etat ? Les prêts garantis par l’Etat doivent être rachetés et transformés en aide publique non remboursable, avec en contrepartie l’exigence ferme du maintien des emplois.

C’est la seule possibilité de sauver nos commerces, nos artisans, nos PME, le monde associatif, de la culture et du sport. Pour lutter contre la précarité, les salaires doivent être augmentés et le chômage partiel payé à 100%.
Pour économiser trois compresses et deux seringues, les gouvernements libéraux successifs ont asphyxié notre système de santé, ce qui met gravement en danger nos vies. Le confinement a eu des conséquences
dramatiques, psychologiques, sociales, économiques.

C’est la faillite des politiques libérales et capitalistes, ce colosse aux pieds d’argile qui est en train de s’effondrer sous nos yeux. Les profiteurs de la crise, ceux qui continuent de s’enrichir et d’enrichir leurs actionnaires tout en licenciant, doivent être durement et sévèrement sanctionnés. Avant de s’occuper des prochaines élections départementales et régionales qui de toute façon ne peuvent qu’être repoussées, le Président Macron doit permettre à la Démocratie d’être déconfinée.

Nous ne sommes pas une monarchie aux ordres d’un Macron qui déciderait seul tel un roi, mais dans une République avec des représentants du peuple qui doivent être associés à la politique du pays. C’est le sens de l’action des députés, sénateurs et de tous les élus communistes qui agissent en proximité au service des gens quand Emmanuel Macron est lui au service de l’argent roi et du grand capital.
D’autres choix, qui privilégient le travail pour tous, la lutte contre la précarité, et plaçant la vie et la santé d’abord sont possibles. Pour cela, il faut un Etat fort, qui reprenne la main sur l’économie du pays et reconstruise, « quoiqu’il en coûte », un système de santé digne d’un pays développé comme la France.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :